•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Laurence Vilaine,

Romancière, lauréate Littérature 2014, en résidence d’écriture au Chalet Mauriac du 1er avril au 31 mai 2014, pour son deuxième roman, Les Deux pieds dans le soleil (titre provisoire).

Entretien de fin de résidence avec Marie-Pierre Quintard, éditrice, fin mai 2014,
Photos © Loïc Le Loët / Écla Aquitaine :

à lire ici et/ou à télécharger

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Biographie :

Née à Tours en 1965, Laurence Vilaine a grandi à Nantes. Après des études d’anglais et plusieurs années à l’étranger, elle s’y installe et se consacre à l’écriture – presse institutionnelle, guides de voyage, documentaires.

Laurence Vilaine © Jean-Dominique Billaud

Laurence Vilaine © Jean-Dominique Billaud


Le silence ne sera qu’un souvenir, son premier roman, est publié aux éditions Gaïa en 2011, et un deuxième est en cours. L’année 2014 lui promet quatre mois de résidences d’écriture : en Aquitaine (au Chalet Mauriac, Saint-Symphorien) au printemps, à Marseille puis Alger (La Marelle-Villa des auteurs, Marseille / résidence nomade en Algérie) à l’automne – autant d’ouvertures qui permettront de « tracer des chemins, écouter ce que dit et ce que cache le monde. Oui, c’est peut-être ça écrire, explorer des existences, et à travers elles, sans doute éclairer un peu la sienne. »

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Projet d’écriture en résidence :

Laurence Vilaine a été accueillie en résidence pour l’écriture de son deuxième roman, Les Deux Pieds dans le soleil (titre provisoire) : « Un homme en exil, une femme souffrant de troubles de la mémoire, une jeune fille, victime de la traite des êtres humains. Leurs vies se frôlent, se croisent, se bousculent… Le roman explore ces trois existences, l’intimité de chacune  »

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Bibliographie :

Le Silence ne sera qu’un souvenir, éditions Gaïa, 2011.
Je suis l’orme, éditions Actes Sud, collection « Je suis un arbre », 2008.
Je suis le noyer, éditions Actes Sud, collection « Je suis un arbre », 2008.
Je suis le cèdre, éditions Actes Sud, collection « Je suis un arbre », 2008.
Je suis l’érable, éditions Actes Sud, collection « Je suis un arbre », 2008.
Bhimayana, éditions MeMo, 2012, roman graphique : adaptation et traduction de Srividya Natarajan et S. Anand.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Calendrier des rencontres de Laurence Vilaine avec le public, durant sa résidence :

Lectures, par Laurence Vilaine, d’extraits de son roman Le Silence ne sera qu’un souvenir, accompagnées du violon de Louis Tillhet (entrée libre)

– Librairie Georges, Talence : jeudi 15 mai, 18h.
En présence de son éditrice, Évelyne Lagrange, responsable éditoriale des domaines français et serbo-croate des éditions Gaïa.
http://www.librairiegeorges.com/

Librairie de Corinne, Soulac, vendredi 16 mai, 18h.
http://www.librairiedecorinne.com/

Médiathèque Jean Vautrin, Saint-Symphorien, mercredi 28 mai, 18 h

Laurence Vilaine a lu des extraits de son premier roman Le Silence ne sera qu’un souvenir (éditions Gaïa). Elle a été accompagnée au violon par Louis Tillhet.

Couverture du roman Le Silence ne sera qu'un souvenir © Éditions Gaïa

Couverture du roman Le Silence ne sera qu’un souvenir © Éditions Gaïa


Le Silence ne sera qu’un souvenir, Laurence Vilaine, éditions Gaïa :
 
« Le vieux Mikluš se déciderait-il à parler ? Rongé par le remords d’avoir gardé le silence, il s’en remet à un journaliste venu à l’occasion des vingt ans de la chute du Mur de Berlin, et raconte les siens, cette communauté rom installée sur une rive slovaque du Danube. Dilino est le souffre-douleur de la bande, parce qu’il est différent avec son air de gadjo. Il ignore qui est cette femme qui s’occupe parfois de lui. « La Vieille » s’appelait Chnepki et avait une voix d’ange. Elle fut brisée en plein vol un matin de 1942 et réduite au silence des années durant. Jusqu’au jour où apparut Lubko, le sculpteur de marionnettes qui jouait du violon comme un Tsigane. À l’heure où de plus en plus de crânes rasés tapissent la ville de croix gammées, Mikluš éclaire ces existences opprimées, révèle les non-dits. Et balaie les étiquettes pour laisser surgir les visages. »

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Pour en savoir un peu plus :

Le site Internet des éditions Gaïa : http://www.gaia-editions.com/content/laurence-vilaine