•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Emmanuelle Samson & Guillaume Hillairet,

Plasticiens et auteurs numériques, en résidence d’écriture numérique durant le mois de septembre 2013.

Mémoire de la résidence d’écriture numérique d’Emmanuelle Samson et Guillaume Hillairet :

Entretien avec Didier Arnaudet, photos de Stéphane Klein :
dossier à télécharger

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

 

Portraits Emmanuelle Samson et Guillaume Hillairet

Portraits Emmanuelle Samson et Guillaume Hillairet

Photos © Stéphane Klein / Écla Aquitaine

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Projet numérique en résidence :

« Détours. L’origine est l’expérience d’une longue attente dans des transports, aéroports et gares, au retour de Bangalore. Pendant ce temps, j’ai pris des photographies et noté ce que je voyais en y mêlant mes souvenirs récents. Le récit, augmenté d’une multitude de connexions (dessins et vidéos capturés pendant mon séjour) va trouver sa forme dans une arborescence numérique. » 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Biographies :

Emmanuelle Samson (1971) vit à Bordeaux depuis 2005 et voyage pour prendre de la distance et varier les points de vue. Diplômée de l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Bourges (1996), elle expose ses sculptures et ses dessins depuis 1998 (Pollen à Monflanquin, galerie Via Farini à Milan, galerie Brancuş en Moldavie, galerie Jean-François Dumont à Bordeaux, fondation Krishnamurti en Inde, galerie du Haut-Pavé à Paris, etc.) et a publié en 2010 le récit d’un séjour au Mali (BƆGƆ, chez Tropique Editions). Chacune de ces expériences est issue de rencontres qui en amènent de nouvelles, avec des gens et avec des lieux, tout en créant des liens hétéroclites parfois précaires et d’autres fois bâtis dans la durée. En 2011, son dispositif de sculptures créé pour une danseuse entre en mouvement grâce à Perrine Fifadji (Actions à la fabrique POLA), et depuis 2012 elle collabore avec le plasticien Guillaume Hillairet pour mettre en espace (numérique) le récit de son dernier voyage en Inde.

Guillaume Hillairet (1971) vit à Bègles. Son travail lie dans une étroite relation les lieux qu’il arpente et leur perception. Diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux (1996), les expériences collectives jalonnent son parcours artistique depuis 1997 (Vous Êtes Ici, À Suivre…lieu d’art, PointBarre). En 2009, lors d’une résidence au sud Japon il ré-interroge son travail à travers des questions de mise en espace, de cadrage et d’apparitions des événements dans les dispositifs qu’il élabore. Il propose alors à des japonais de les filmer dormant dans la nature. Récemment en résidence à la Cité Frugès – Le Corbusier à Pessac il s’est intéressé au principe de sa construction et a réalisé une vidéo. Le parcours à travers ses œuvres (installations et photographies) nous proposait un regard singulier sur une maison Gratte-Ciel. Il est actuellement avec Eddie Ladoire en résidence de recherche sur le paysage langonnais et collabore avec Emmanuelle Samson pour construire l’arborescence numérique de Détours.
Son site Internet : http://www.guillaumehillairet.fr/

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Portraits Emmanuelle Samson et Guillaume Hillairet

Portraits Emmanuelle Samson et Guillaume Hillairet

Photos © Stéphane Klein / Écla Aquitaine

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Bibliographies complètes :

Emmanuelle Samson :
Bogo, notes de travail chez les potières à Bamako, éditions Tropiques, 2010

Guillaume Hillairet :
– Parcours et Territoires, Catalogue du Conseil Général de la Gironde, Bordeaux , 2010.
 Valeurs, catalogue de la 11ème Biennale des Arts Visuels de Pancevo, ADDC, Périgueux, 2005.
– Vous êtes ici, éditions MIX, 2004
– VEI, Galerie du Triangle, Bordeaux, 2000.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Extraits :

« Le fil principal, qui est l’origine du travail, est l’expérience d’une longue attente d’une quarantaine d’heures passées dans des transports, des aéroports et des gares, entre Bangalore en Inde et Bordeaux où je réside. Pour occuper ce temps, je me suis donnée la contrainte de prendre au moins une photographie toutes les heures et de noter dans un carnet des descriptions précises de ce que je voyais, de ce qui se passait et des gens que je croisais. Encore imprégnée de mon séjour en Inde, mes observations se sont mêlées, par association d’idées, à mes souvenirs récents. Ainsi le récit a commencé à perdre sa linéarité en créant des liens vers des temporalités différentes.
Après mon retour, quand j’ai commencé l’écriture de ce travail à partir de mes notes, j’ai élargi et multiplié les connexions en retrouvant des dessins, des photographies et des vidéos capturés pendant mon séjour. Je me suis aussi souvenue avec précision des échanges que j’ai eus avec mes amis indiens, des expériences culinaires, des fêtes religieuses auxquelles j’ai pu assister, etc.
C’est à partir de ces matériaux que j’ai invité Guillaume Hillairet pour m’aider à mettre en espace, avec des outils numériques, cette écriture qui avait pris la forme d’une arborescence. J’ai choisi Guillaume pour sa bonne connaissance des technologies numériques et pour la qualité de son travail, mais aussi parce qu’il est d’abord un artiste qui travaille, expérimente et pratique des espaces dans sa recherche artistique personnelle. (…)
Détours est une œuvre multimédia qui allie des images, des sons et des textes. Elle sera diffusée vie l’Internet puisqu’elle sera bâtie et prendra tout son sens grâce à des outils de construction et au principe de navigation que permet l’Internet. Les « liens » en constituent les passerelles. Ils en sont aussi le véhicule qui permet de se mouvoir. Elle reste encore susceptible de s’ouvrir à de nouveaux embranchements. (…)
Afin de vérifier la pertinence de ce projet et de commencer à envisager les diverses possibilités, nous avons commencé à bâtir des réseaux et des carrefours numériques à partir du chapitre 5 et du chapitre 10 de mon récit. Ce premier résultat qui ne nous satisfait pas encore est déjà visible en ligne : http://ghill.free.fr/Bangalore/index.html
Par rapport à ce visuel en ligne, il est notamment prévu de morceler davantage les chapitres pour augmenter la fluidité et les déplacements, et trouver une forme plus propice à la navigation, aux cheminements et aux voyages. »

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••