••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Ágnes Tótfalusi,

en résidence de traduction du 10 juin au 10 juillet 2013 (traduction du français vers le hongrois)

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

ÁgnesTòtfalusiByElisabethRoger5945
ÁgnesTòtfalusiByElisabethRoger6017 
ÁgnesTòtfalusiByElisabethRoger5955
  Photos © Élisabeth Roger

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Biographie :

Née en 1963 à Budapest, Àgnes Tótfalusi a toujours vécu dans cette ville de Hongrie. Elle y a poursuivi ses études de 1981 à 1986, à l’Université Eötvös Loránd de Budapest. Elle est diplômée en pédagogie de la langue française, littérature et linguistique française, pédagogie de la langue hongroise, littérature et linguistique hongroise. Elle a aussi l’équivalent hongrois d’une licence en philosophie. Depuis la fin de ses études, elle travaille comme traductrice. Elle a deux filles Hanna et Veronika, qui sont étudiantes.

« Étant donné que la traduction littéraire a toujours été ma seule source de revenu et que j’ai élevé seule mes deux filles (désormais adultes !), j’ai travaillé en immersion dans la langue française, certes, mais dans mon pays natal. La traduction littéraire est un métier solitaire, les traducteurs sont des êtres solitaires qui ont du plaisir à cette solitude, à ce monde virtuel créé par des textes écrits en langue étrangère. Pour nous (pour moi, du moins), la langue est une abstraction, le pays dont nous traduisons la langue, est un monde imaginaire — un « patchwork » de paysages et de personnages des romans que nous avons traduits. Mais de temps en temps, on a besoin de rencontrer le pays « en chair et en os » pour pouvoir continuer notre travail. L’Aquitaine est une région que je ne connais pas, mais qui m’a toujours atirée — une véritable région imaginaire où vivent des gens qui ont « à cœur de valoriser cette profession » — … y aller, y séjourner et me persuader ainsi de son existence, tout en continuant, sur place, de nourrir et actualiser mes connaissances de la langue et de la culture française. »

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Projet en résidence :

Csillag de Clara Royer, est paru en 2011 aux édtions Pierre-Guillaume de Roux (Paris), et a été publié en hongrois à l’automne 2013 chez Geopen (Budapest).

« Csillag raconte l’histoire d’une duperie, d’une enquête et d’une recherche d’identité. La grand-mère de Ethel, la narratrice du roman, a élevé sa petite-fille dans le mythe d’une origine juive, prétendant qu’elle s’est sauvée de la Hongrie pendant la deuxième guerre mondiale. Cette origine juive prétendue est devenue le point d’ancrage de l’identité d’Ethel. C’est la grand-mère qui l’a appelée « Csillag, csillagom », ce qui veut dire « Étoile, ma petite étoile » en hongrois. Ethel va apprendre, par hasard, que cette histoire était une mystification et que sa grand-mère lui a menti. Elle se lance alors dans une véritable enquête pour savoir la vérité sur son origine, sur sa vie, et sur la raison pour laquelle sa grand-mère a adopté une religion et un mode de vie que les gens, en général, tenteraient plutôt de dissimuler.
Le hasard a voulu que depuis quelques temps, je traduise des romans autobiographiques qui ont pour sujet la recherche d’une identité, d’une religion, d’un passé — Élie Wiesel, le Cas Sonderberg, Jean Mattern, Les Bains de Kiraly, Frédéric Beigbeder, Un roman français) — et je pense que le roman de Clara Royer, par l’originalité de sa démarche, peut trouver sa place parmi ces romans. Elle leur est également proche par la qualité de son écriture et de sa langue souple, subtile et vibrante d’intelligence. »

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

ÁgnesTòtfalusiByElisabethRoger6028
ÁgnesTòtfalusiByElisabethRoger6001
ÁgnesTòtfalusiByElisabethRoger5992
  Photos © Élisabeth Roger

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Bibliographie sélective, traductions du français vers le hongrois :

– Alphonse Daudet, Árvák hajója, Éditions Móra (Budapest) / 1987 [ La belle nivernaise ]

– Marie de Hennezel, A meghalás művészete, Éditions Európa (Budapest) / 1999 [ L’art de mourir ]

– Jean Baudrillard, Amerika, Éditions Magvető (Budapest) / 1996 [ Amérique ]

– Jean Baudrillard, Az utolsó előtti pillanat, Éditions Magvető (Budapest) / 2000 [ Le Paroxyste indifférent ]

– Catherine Millet, Szexuális élete, Éditions Ulpius-ház (Budapest) /2003 [ La vie sexuelle de Catherine M. ]

– Catherine Millet, A féltékenység, Éditions Ulpius-ház (Budapest) / 2004 [ Jour de souffrance ]

– Michel Houellebecq, Elemi részecskék, Éditions Magvető (Budapest) / 2001 [ Les particules élémentaires ]

– Michel Houellebecq, A csúcson, Éditions Magvető (Budapest) / 2003 [ Plateforme ]

– Michel Houellebecq, Lanzarote, Éditions Magvető (Budapest) / 2013 [ Lanzarote ]

– Michel Houellebecq, Egy sziget lehetősége, Éditions Magvető (Budapest) / 2007 [ La Possibilité d’un île ]

– Michel Houellebecq, A térkép és a táj, Éditions Magvető (Budapest) / 2011 [ La Carte et le Territoire ]

– Georges Simenon, Maigret és az idős hölgy, Éditions Park (Budapest) / 2004 [ Maigret et la Vielle Dame ]

– Henry Gidel, Picasso, Éditions Európa (Budapest) / 2004 [ Picasso ]

– Anna Gavalda, Együtt lehetnénk, Éditions Magvető (Budapest) / 2006 [ Ensemble, c’est tout ]

– Anna Gavalda, Vigaszág, Éditions Magvető (Budapest) / 2009 [ La Consolante ]

– Jonathan Littell, Jóakaratúak, Éditions Magvető (Budapest) / 2009 [ Les Bienveillantes ]

– Muriel Barbery, A sündisznó eleganciája, Éditions Geopen (Budapest) / 2009 [ L’Élégance du hérisson ]

– Jean Mattern, Király fürdő, Éditions Magvető (Budapest) / 2010 [ Les bains Kiraly ]

– Frédéric Beigbeder, Francia regény, Éditions Európa (Budapest) / 2012 [ Un roman français ]

– Virginie Despentes, Apokalipszis bébi, Éditions Libri (Budapest) / 2012 [ Apocalypse bébé ]

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Photographies :

Durant sa résidence de traduction, Ágnes Tótfalusi a été photographiée par Élisabeth Roger :
http://elisabeth-roger.fr/

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Sur le site « Le petit journal », média des Français et francophones à l’étranger :

http://www.lepetitjournal.com/budapest/a-voir-a-faire/culture/68122-portrait-agnes-totfalusi-traductrice.html

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••