Souad El Bouhati, réalisatrice reçue en 2013

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Biographie

©Loïc Le Loët

©Loïc Le Loët

« Avant d’arriver au cinéma, Souad El Bouhati, née en 1962, travaille comme éducatrice sociale à Toulouse, dans des centres d’hébergement pour personnes en difficultés. Se sentant impuissante, elle s’ouvre aux rencontres et travaille sur les tournages de films. Assistante scripte sur le court métrage Bonjour, je vais à Toulouse de Jacques Mitsch (1992), elle se lance ensuite dans des études de cinéma à Paris, oeuvre comme secrétaire de production sur Plus qu’hier moins que demain, de Laurent Achard (1998), et se consacre à l’écriture de son premier court. C’est le salué et multi primé Salam (1999), parcours du sexagénaire Ali, qui décide de retourner au Maroc, à la surprise de son entourage. Elle retrouve ces thématiques du déracinement avec son premier long métrage, Française (2008), dans lequel Hafsia Herzi (La graine et le mulet) incarne Sofia, installée au Maroc depuis ses 10 ans, et qui se jure de revenir en France après son bac. ». Source CNC.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Projet d’écriture durant la résidence du chalet Mauriac : écriture du scénario de Brûlures, son prochain long métrage (note d’intention)

 L’adolescence, le passage à l’âge adulte, la douleur de quitter l’enfance, comment s’affranchir des siens sans les trahir pour vivre sa vie ? Des sujets qui portent une coloration particulière quand ils se posent dans un territoire déserté, sans avenir. Je veux parler ici des campagnes françaises.

Quand les médias, les politiques, les élites parlent des problèmes de la jeunesse en France, ils se focalisent sur « la banlieue ». Qu’en est-il des jeunes à la campagne ? La plupart d’entre eux sont confrontés aux mêmes exclusions : études courtes, vie familiale instable, désoeuvrement, problème d’alcoolisme, drogue, difficulté à se projeter dans l’avenir. Je voudrais réfléchir à ce « qu’être du coin » veut dire.

L’idée du scénario est née en Picardie. J’ai travaillé dans le cadre d’un projet cinéma auprès d’un public jeune, appelés « les non captifs ». Outre le nom donné à ces jeunes gens par les politiques et les travailleurs sociaux, ce qui m’a vraiment troublée c’est de constater combien ils étaient à la fois conscients de leurs conditions et incapables de sortir de leurs « territoires », d’aller voir ailleurs…

Dans Brûlures, je voudrais parler de cette « immobilité » qui touche les personnages qui sont à la fois plein d’énergie, sans cesse en mouvement mais aussi profondément englués sur leurs « terres ». L’étendue des paysages qui les entourent les asphyxie, la nature est leur prison.

Les différents axes d’écritures vont tourner autour de trois points.

La relation filiale : Amélie se sent responsable de sa mère. Une femme immature qui a élevé seule sa fille grâce aux subsides de l’Etat. Jeune et belle, elle ne pense qu’à faire la fête.
La relation amicale : Amélie et ses amis jouent avec la loi, jouent avec leur vie, poussant de plus en plus les limites. Sa rencontre amicale avec Léa, jeune fille magnétique, va bousculer ses habitudes. Prendra-t- elle conscience de ces « amitiés dangereuses ? ».
Dernier point et cœur du sujet comment Amélie va-elle devoir se battre et échapper au déterminisme social Amélie va partir, mais au prix d’une rupture violente avec les siens, peut-être le prix de la trahison sociale… ?

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Filmographie

FRANCAISE (long-métrage, 2008)
A dix ans, Sofia jeune fille d’origine marocaine passe une enfance épanouie en Picardie dans une cité d’Amiens, mais son père qui vit mal sa condition d’immigré décide de revenir au Maroc.

 SALAM (court-métrage, 1999)
À quelques jours du retour pour le Maroc, Ali, retraité, partage ses derniers moments entre le foyer où il vit et l’appartement de son ami Momo qui habite seul avec sa fille.
2001 :César du meilleur court métrage
2001 :Festival de Tétouan Prix de la critique
2000 :Festival de Cannes Prix Kodak
2000 :Festival de Clermont-Ferrand (sélection nationale et internationale) Grand Prix, Prix spécial du jury
2000 :Festival de Brest Prix Arte
2000 :Lutin du meilleur film et de la meilleure réalisatrice