•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Lucas Vernier :

Réalisateur, en résidence d’écriture cinématographique,
pour son projet Mafi Souria
du 11 au 23 avril 2016
puis du 19 au 26 mars 2018
du 18 au 25 juin 2018,
du 3 au 10 septembre 2018
et du 15 au 22 octobre 2018

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Lucas Vernier © Christine Dancausse

Lucas Vernier © Christine Dancausse

Biographie :

Après des études d’histoire et de cinéma (Toulouse / Bordeaux / atelier documentaire de la fémis), Lucas Vernier se consacre à la réalisation de documentaires de création. Ses désirs de films partent toujours de quelque chose qui vient à lui : un sentiment, une réflexion lancinante, une anecdote vécue, une figure qui ressurgit de son imaginaire.
Puis ses films se composent au fil de recherches, d’essais et de relations nouées.

Son premier long-métrage documentaire, Behind the yellow door, touche réellement à la fiction. Avec ce film, il joue à imaginer ce qui aurait pu se produire si, adolescent, il avait répondu à l’étrange invitation de son voisin Lutz Dille, un photographe foutraque passé à la trappe de l’histoire de l’art.

Il a commencé en 2009 un road movie documentaire en Syrie. Avec des photographies anciennes pour guide, et un livre écrit par son grand-père qui a été méhariste dans l’armée syrienne sous mandat français, il est parti à la rencontre de ceux qui ont partagé son quotidien de 1928 à 1931. Ce film ne verra jamais le jour. Mais quelque chose de Syrie reste ancré en lui, des amitiés se sont créées… De cette expérience naîtra son prochain film, Mafi Souria.
 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Projet en résidence :

« Mafi Souria : En 2009 j’ai commencé un road movie en Syrie. En 2011 surgit la guerre. Dans la stupeur, restent des images fantômes et des questions qui me hantent. Comment reconstruire une mémoire de ce qui est en train de disparaître, voire a déjà disparu ? Que sont devenus ces hommes à qui un jour d’avril 2011 j’ai dit « à bientôt » ? Au delà du chaos de la Guerre et des médias, avec des amis syriens exilés, je cherche à faire exister ces fragments de Syrie qui vivent toujours en nous. »

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Filmographie :

Behind the yellow door, 83′,  2015, L’atelier documentaire et Bip TV
Avec le soutien de la Région Nouvelle Aquitaine et du CNC.
Une rencontre post-mortem entre un jeune vidéaste et son voisin, un grand photographe passé à la trappe de l’histoire de l’art.
Mention Spéciale « Opera Prima » au festival international Miradasdoc (Espagne)
Sélections en festivals : Taiwan International Documentary Festival (TIDF Taiwan), Yogyakarta Documentary Film Festival (Indonésie), Bergamo Film Meeting (Italie), Les Escales documentaires (La Rochelle),  Festival de l’Histoire de l’Art (Fontainebleau)

L’Harmonie du hasard, 35′, 2011 / Écla Aquitaine et Tourné Monté Films
Avec le soutien de la Région Aquitaine, de la DRAC Aquitaine et des Conseils généraux de la Dordogne, de la Gironde, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et du Lot-et-Garonne
Max Cabanes s’abandonne chaque jour à son imaginaire, rivé à la table graphique de son ordinateur. S’amorce alors un dialogue intérieur entre scénariste et dessinateur : c’est l’artiste qui se confronte à l’incertitude d’une création qui emprunte au rêve son éclatement narratif.
Avec le soutien de la Région Aquitaine, de la DRAC Aquitaine et des Conseils généraux de la Dordogne, de la Gironde, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et du Lot-et-Garonne
Collection DVD « Les Petits univers de la bande-dessinée en Aquitaine »Festival international de la bande-dessinée d’Angoulême

Cambodge 80 Projection, 44’, 2009, Tourné Monté Films
Mars 1980, un an après la fin du régime Khmer Rouge, Jean Ellul s’infiltre au Cambodge pour essayer de retrouver des membres de sa belle-famille cambodgienne. Il capte avec une caméra 8 mm ce qu’il voit, comme il le voit : des traces où se superposent le monde qui a été, et celui qui est. Trente ans plus tard, Sivorn et Jean se confrontent à ces images brutes.
Sélections en festivals : Rendez-vous de l’Histoire de Blois, « La Première fois » (Aix-en-Provence), « Géométrie virtuelle » (CCF Phnom Penh, Cambodge), « Un Etat du monde et du cinéma » (Forum des Images)
 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••