••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Fernando Scheibe

Lauréat Traduction 2017,
pour son projet de traduction en portugais du Brésil des Pensées et paradoxes de Jules Laforgue,
en résidence du 6 mars au 14 avril 2017

Entretien Éclairs, la revue en ligne d’Écla :
« D’abord le mariage et après l’amour »
par Olivier Desmettre

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Biographie :

Fernando Scheibe © droits réservés

Fernando Scheibe est né en 1973 à Florianópolis. Il a fait des études (licence, master, doctorat, post-doctorat) de langue et littérature française, portugaise et brésilienne et de théorie littéraire. Il a un peu trop lu – et puis traduit – l’œuvre de Georges Bataille. Après un exploit insensé, la traduction des Divagations de Stéphane Mallarmé, publiée en 2010, il est devenu traducteur confirmé. Sa tasse de thé est le français, mais il traduit aussi de l’italien, de l’espagnol et de l’anglais. Il aime plutôt les fous, littéraires ou non, tels Mallarmé, Lautréamont, Laforgue, Brisset, Roussel, Bataille… mais il fait aussi pas mal de « besognes alimentaires ».

Il veut en finir avec la tragicomédie (« La démocratie imaginaire ») du capitalo-parlamentarisme planétaire (Badiou), mais il ne sait pas trop comment s’y prendre.
 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Projet en résidence :

Le projet consiste dans la sélection, traduction, notation et présentation de textes de Jules Laforgue inédits au Brésil. Le choix initial a été de retenir les « Pensées et paradoxes », les « Notes » sur Baudelaire, Corbière, Mallarmé, Rimbaud et Hugo, et les textes sur l’impressionnisme. Mais il peut changer. Le défi : bien comprendre – et surtout rendre ! – tous les enjeux de l’écriture laforguienne avec son ironie caractéristique et ce qu’Ezra Pound a appelé son « bon verbalisme ». Bref, il s’agit pour un bœuf (moi, le traducteur) de refaire le vol d’un papillon : “He has done, sketchily and brilliantly, for French literature a work not incomparable to what Flaubert was doing for « France » in Bouvard and Pécuchet, if one may compare the flight of the butterfly with the progress of an ox, both proceeding toward the same point of the compas.” (Ezra Pound, “Irony, Laforgue and Some Satire”)
 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Bibliographie :

Bibliographie de Fernando Scheibe : à télécharger

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••