••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Marie Cosnay

Lauréate Littérature 2017
pour son projet Cette épopée
du 4 septembre au 27 octobre 2017

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Biographie :

Marie Cosnay est professeur de lettres classiques, traductrice de textes antiques, et écrivaine. Elle a écrit des textes pour de nombreuses revues, et, depuis 2003 a publié plus d’une vingtaine de livres. Des projets littéraires toujours très ancrés dans les réalités de notre temps, dont la forme, d’une précision et d’une exigence rare, s’articulent à une réflexion politique et sociale, toujours très engagée. Elle a écrit des textes pour les revues Petite, Arpa, Présages, Rivaginaires, Florilèges, Le Nouveau Recueil, La Polygraphe et Fario.

Marie Cosnay par Vincent Houdin

Marie Cosnay par Vincent Houdin


Depuis 2003, elle a publié plus d’une vingtaine de livres, aux éditions Cheyne (Que s’est-il passé ?, Des Métamorphoses…), Verdier (Villa chagrin…), Laurence Teper (André des ombres, Entre chagrin et néant…), Quidam (À notre humanité), de l’Ogre (Cordelia la guerre)…
Certains de ses livres sont également parus sous forme numérique chez publie.net ou chez E-Fractions (Ces nuits sont à toi, Alexis, avec Myrto Gondicas)…
Le travail de Marie Cosnay est remarquable par sa manière très singulière d’articuler la forme, d’une précision et d’une exigence rare, à la réflexion politique et sociale, toujours très engagée.

Le langage est chez elle un outil, voire une arme, qu’elle déploie dans tous ses aspects, avec des projets littéraires toujours très ancrés dans les réalités de notre temps. Ses textes témoignent de ce qu’on voit à l’œuvre, de ce que fabrique la politique d’hier et d’aujourd’hui.
Elle dit : « L’Histoire est un bon moyen de rentrer dans l’épaisseur du vécu. De tenter de comprendre. Je remonte les générations. Des phénomènes surgissent. Des vaincus surgissent. Des morts. […] J’ai l’impression de parler d’aujourd’hui, avec un détour. […] J’ai envie de fiction pourtant. » On peut ajouter, comme son ouvrage Cordelia la guerre le prouve, qu’elle aime aussi embarquer le lecteur dans une véritable aventure romanesque.
Elle tient régulièrement un blog, qui témoigne autant de son engagement politique que de son expérience pédagogique, et où toujours la littérature est présente. »
 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Projet en résidence :

« J’ai commencé en janvier 2015 une sorte de récit au long cours que j’appelle (pour l’instant) épopée, épopée contemporaine il va sans dire, dont je voudrais qu’elle puisse dire quelque chose du monde en rupture que nous vivons en même temps qu’elle s’autorise à inventer des promesses d’à venir.
Ce n’est pas un travail pour lequel je conçois une fin.
S’il en prend une, ce sera par épuisement et non parce que l’objet sera clos.
Ce serait une forme non close.
À, idéalement, ne pas finir.
À tenter de ne pas finir.
Je voudrais que ce travail d’épopée contemporaine prenne (parallèlement à l’écriture ? Dans un deuxième temps ?) une forme orale, oralisée.
Sous forme de lectures publiques en des lieux qui ne sont pas forcément dédiés aux lectures publiques.
Je voudrais proposer à d’autres personnes, écrivains ou artistes, de prendre le relai.
Je voudrais, c’est un rêve, que cette épopée commencée en janvier 2015 devienne (peu à peu ?) collective.
J’aurais pour objectif, en résidence au chalet Mauriac, de définir au mieux les enjeux de cette épopée poético-politique éventuellement collective, d’harmoniser, de reprendre ce que j’ai proposé depuis janvier 2015 (et dont je vous joins un bref extrait), de poursuivre le travail d’écriture dans le calme.
 »
 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Bibliographie :

Bibliographie de Marie Cosnay : à télécharger

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••