••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Laurent Albarracin

Lauréat Poésie 2017
pour son projet Pourquoi ?
du 10 juillet au 18 août 2017

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Biographie :

Laurent Albarracin par Mary Rochais

Laurent Albarracin par Mary Rochais


Né en 1970 à Angers, Laurent Albarracin vit en Corrèze depuis 1995. Il commence à publier ses poèmes dans de petites structures éditoriales : ces premiers textes seront pour l’essentiel réunis dans Le Verre de l’eau (Le Corridor bleu, 2008). Parallèlement, il participe à l’aventure du Jardin ouvrier, la revue d’Ivar Ch’vavar (1995-2003).
Il a publié notamment Le Secret secret  (Flammarion, 2012), Herbe pour herbe (Dernier télégramme, 2014) et Cela (Rougerie, 2016). Il est également l’auteur de deux études sur Louis-François Delisse (2009) et Pierre Peuchmaurd (2011) aux éditions des Vanneaux.

Il développe parallèlement une activité d’éditeur (éditions Le Cadran ligné) et de critique : il participe au site Poezibao et tient une chronique de poésie sur le site de Pierre Campion, intitulée Images de la poésie

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Projet en résidence :

« Le projet intitulé Pourquoi ? est une longue suite d’interrogations sur la nature des choses et sur les choses de la nature. Spécialement à propos de cette chose singulière qu’est une rose. Il part et se joue de la fameuse formule d’Angelius Silesius : « La rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu’elle fleurit ».
Mon projet consiste à dresser une liste de questions, à établir une sorte de cahier de doléances – mais sans revendication aucune – visant à approfondir une approche poétique du monde et creuser un rapport obsessionnel avec la chose, avec ce qu’est une chose. La « rose » en particulier, mais pas seulement : toutes les choses peuvent donner lieu à une définition-renversement de la chose en elle-même.  Mon projet poétique vise en effet, je crois, à faire se télescoper la chose avec elle-même. À faire se rejoindre le signifiant et le signifié, également. La litanie des questions (pourquoi, comment, etc.) permet un étonnement radical devant ce que sont les choses. Une sorte de requalification vertigineuse des choses par leur mise en questionnement. Énoncer des évidences, des tautologies sous la forme de questions permet de porter un regard neuf sur elles. En tout cas, le caractère à la fois enfantin et spéculatif des questionnements successifs me semble propre à engendrer une réflexion poétique fertile. J’essaierai dans cet écrit d’interroger plus loin. »

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Bibliographie :

Bibliographie de Laurent Albarracin : à télécharger

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••