••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Takashi Wakamatsu :

Brésilien, lauréat Traduction 2019,
pour son projet de traduction en portugais du Brésil des poèmes écrits par Arthur Rimbaud dans l’Album Zutique,
en résidence du 1er avril 13 mai 2019

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Takashi Wakamatsu par Dan Richards

Biographie :

Takashi Wakamatsu est agriculteur et traducteur. Il est né en 1976 à São José dos Campos, dans la région de São Paulo. Mi-brésilien, mi-japonais, il arrête ses études à 17 ans pour partir travailler au Japon durant un an et demi. De retour au Brésil, il voyagera beaucoup, puis décidera de vivre en Amazonie. Depuis 10 ans maintenant, il y partage son temps entre la terre, les livres et l’écriture.
Afin de lire dans le texte les auteurs qu’il aimait, il s’est mis à apprendre le français à l’Alliance Française à la fin des années 1990. En 2007, il fait son premier voyage en France et la parcourt presque entièrement à vélo. Il a toujours traduit quelques fragments, quelques poèmes, mais fin 2014, un éditeur de la maison Cultura e Barbárie lui propose de traduire du français vers le brésilien ce texte assez étonnant et encore intraduit : Brésilien, noir et crasseux de Jean- Cristophe Goddard. C’est ce projet qu’il a choisi de présenter pour l’atelier français // portugais de la Fabrique des Traducteurs.

Il a publié, aux éditions Cultura e Barbárie (www.culturaebarbarie.org), la traduction du texte Vagabondages (Vagabundagens), de l’écrivaine suisse Isabelle Eberhardt ; en 2016, au sein de même maison d’édition, la traduction des articles publiés par Carl Einstein en 1929, dans la revue Documents ; en 2017, L’éternité par les astres (A eternidade pelos astros) d’Auguste Blanqui et en 2017, Brazuca negão e sebento/Brésilien noir et crasseux, de Jean-Christophe Goddard. À la fin de 2017, Takashi Wakamatsu a été accueilli en résidence à la Fondation Jan Michalski, à Montricher (Suisse), avec le projet de traduction La Grande Nouvelle de Jean-Pierre Brisset, qui sortira au Brésil avec le title : Megangelho.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Projet en résidence :

« The actual writimg of poetry has advanced a little or not at all since Rimbaud. » Ezra Pound, 1918.

« La résidence me permettra de traduire les poèmes écrits par Arthur Rimbaud dans l’Album Zutique, ainsi que d’autres poèmes de cet auteur et de rédiger une présentation pour l’édition brésilienne de ce projet, Album Zútico e outros poemas, qui sortira en 2019 par la Maison d’Édition Cultura e Barbárie.
L’idée est de donner au public brésilien les quelques ouvrages encore non traduits en langue portugaise de cette poésie révolutionnaire qui nous étonnera toujours pour les siècles des siècles. Il y a plusieurs traductions des Illuminations, d’Une saison en enfer et d’autres poèmes, que nous pouvons dire « canoniques » de l’œuvre de Rimbaud. Cependant il n’y a que deux poèmes de l’Album Zutique dont je connaisse la traduction portugaise : le « Cocher ivre » et le « Propos du cercle » (ce dernier poème signé par Léon Valade et J. Keck), dans le livre Rimbaud Livre d’Augusto de Campos (ce dernier poème a été traduit aussi par Antonio Carlos Viana dans la biographie A vida de Rimbaud (Vie d’Arthur Rimbaud, P. Matarasso/H. Petitfils)). Outre la vingtaine de textes signée par Rimbaud dans l’album, je souhaite traduire, d’autres poèmes, y compris quelques-uns qui ont déjà été traduits vers le portugais.

Écrit en 1871, lors des rencontres du Cercle Zutique, dans une cantine au troisième étage de l’Hôtel des Étrangers, entre le Boulevard Saint-Michel et la Rue Racine, l’Album Zutique n’a été révélé au public qu’en 1936. Le mot zutique est un néologisme dérivé de zut ! : ainsi Antoine Cros a nommé la troupe bohémienne d’intellectuels composée par Verlaine, Rimbaud, Albert Mérat, Ernst Cabaner, Antoine et Charles Cros, Léon Valade, André Gill, etc. qui se rejoignaient pour boire de l’absinthe, fumer des cigares, manger du haschisch, jouer de la musique et pour accomplir d’autres travaux. L’Album, parmi des dessins et des blagues, contient la production littéraire de la troupe avec une écriture désobéissante et irrévérente en reflétant l’ambiance, où Rimbaud était auxiliaire barman et écrivait des poèmes/parodies pour satiriser les parnassiens et d’autres. »
 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Bibliographie :

Bibliographie Takashi Wakamatsu – Janvier 2019 : à télécharger
 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••